Se réinventer durant la pandémie : deux diplômées de L’effet A se confient

Se réinventer durant la pandémie : deux diplômées de L’effet A se confient

La pandémie qui sévit depuis les deux dernières années a entraîné son lot de d’enjeux et de difficultés. Pour les femmes en particulier. Mais maintenant que le brouillard opaque qui planait se dissipe peu à peu, de belles histoires émergent et inspirent. Voici le récit de deux femmes ambitieuses, deux diplômées du Défi 100 jours, qui ont misé sur leur ambition pour saisir de belles opportunités et se réinventer!

Marie-Dominique Pham, Crédit Agricole
Apprivoiser son déséquilibre et chasser la culpabilité

En février 2020, Marie-Dominique Pham prend un nouveau poste de directrice au sein du Crédit Agricole, une banque française d’envergure, où elle travaille depuis 19 ans. Quand la pandémie arrive et que le confinement est annoncé, un changement complet de dynamique s’opère pour elle et toute son équipe.

«Nous devions être présents sur site pour ouvrir à la clientèle, sans masque, ni gel, ni plexiglas. Nos systèmes informatiques ne permettaient pas de travailler à distance ni de répondre aux mesures gouvernementales proposées aux professionnels. Nous avons eu beaucoup de questionnements, d’incertitudes, de peurs.»

L’incertitude que ressent alors Marie-Dominique la déstabilise et amenuise sa confiance en elle. Ses enfants, dont elle a la garde partagée, sont maintenant à temps plein à la maison. Considérée comme une travailleuse essentielle, elle ne peut toutefois rester à leur côté. Elle doit se rendre au boulot où son expertise est requise. Une situation qui la pousse à chercher de nouveaux repères, à réévaluer ses priorités.

C’est à travers son équipe et son emploi qu’elle trouve la force et l’énergie de continuer. Heureusement, son entreprise prend rapidement en main la sécurité des employés. Ses collègues se mobilisent, prêts à affronter les obstacles. Elle sent qu’ils lui font entièrement confiance.

«Malgré toutes ces contraintes, mon équipe a toujours été présente et m’a fait confiance. On a également eu le soutien de clients qui nous ont fabriqué des masques en tissu. Certains nous ont même apporté des gâteaux!»

C’est durant cette période, à l’automne 2021, qu’elle débute le Défi 100 jours. Face à ses questionnements et au déséquilibre dans sa vie, Marie-Dominique entame une réflexion sur sa conciliation vie professionnelle et personnelle. Au contact d’autres femmes qui, comme elle, sont ambitieuses, elle ose sortir de sa zone de confort. et retrouve son estime d’elle-même. Grâce à la formation, elle trouve les outils qui lui permettent d’atteindre ses buts, malgré la pression des enjeux du quotidien.Tout ceci lui permet de retrouver sa confiance en elle. Elle commence ses journées avec un objectif, met en place un plan d’action

Tout ceci la mène vers une vie plus équilibrée où elle assume ses choix!

«J’ai pris conscience de la présence d’un déséquilibre dans ma vie personnelle et professionnelle, mais j’assume maintenant mes choix, je prends les moyens pour être bien. Je ne me donne pas le droit à la culpabilité!»

Aujourd’hui, Marie-Dominique dit avoir finalement un espace dans sa vie pour chacune de ses priorités. Elle se donne du temps pour elle et pour sa famille, tout en se consacrant à sa carrière. Après deux ans, elle a trouvé des façons de s’accomplir à travers ses deux rôles. Elle se concentre sur son emploi lorsqu’elle n’a pas ses enfants, elle fait du sport au minimum 2 heures par semaine, et elle se crée du temps pour elle à travers des sorties avec ses amis. Son ambition est assumée, nommée et se vit sans culpabilité!

«Je suis totalement épanouie et heureuse dans ma vie professionnelle et personnelle en conciliant les deux!»

Josiane Rousseau, CISSS des Laurentides
Sortir de sa zone de confort pour continuer son ascension…malgré l’adversité

Lorsque la pandémie débute, Josiane Rousseau est directrice adjointe à la Direction des soins infirmiers du CISSS des Laurentides. Tout au long de sa carrière professionnelle, Josiane, qui est infirmière de formation, a gravi les échelons grâce à son ambition et à ses connaissances qu’elle continue de perfectionner en prenant des cours à l’université pour devenir une meilleure gestionnaire.

En mars 2020, elle supervise déjà 1 000 employés et s’occupe principalement des unités de médecine et de chirurgie, des services ambulatoires et des infirmières praticiennes pour tout le territoire des Laurentides.

Durant cette période, une position de directrice adjointe clinico-administrative à la Direction des services professionnels de son CISSS s’ouvre. Bien qu’elle aime le poste qu’elle occupe à ce moment-là, ce déplacement latéral lui permettrait de continuer son ascension dans le système de santé. Face à cette décision qui impliquerait de sortir de sa zone de confort, elle commence son Défi 100 jours. Au courant de sa formation, elle retient des témoignages des leaders de L’effet A une chose essentielle…

«Le Défi 100 jours m’a poussé à la réflexion et à modifier ma posture mentale. Je me rappelle des phrases-clés comme “Osez, sortez des sentiers battus, ouvrez vos horizons, jouez pour gagner et non pas pour ne pas perdre…”»

Grâce aux conseils précieux reçus durant le parcours,elle change de posture et commence à considérer sérieusement l’opportunité. Pour prendre la bonne décision, elle discute avec sa triade (le groupe de femmes avec qui elle échange durant le Défi 100 jours) du choix à prendre et consulte un ancien coach pour y voir plus clair. Malgré ses craintes, elle décide de postuler et de se lancer!

«J’allais chercher une corde de plus à mon arc. Je me rapprochais du comité de direction, des équipes médicales. Je gagnais davantage de connaissance stratégique de la première ligne, et bien plus.»

Aujourd’hui en poste dans ce rôle qui l’a rapprochée de la gestion des opérations et de l’échiquier stratégique, Josiane croit qu’elle deviendra plus habile et qu’elle gagnera en crédibilité. Alors qu’au début de la pandémie, elle voyait ce poste comme un immense défi, elle a gagné en confiance grâce au Défi 100 jours, mais aussi en se lançant vers l’inconnu. Pour elle, la crise a été l’occasion de redonner un souffle à sa carrière. Les grandes difficultés de la pandémie ont été surmontées en équipe. Grâce à son authenticité, à son humour, au respect et à la collaboration, elle a su rebondir dans une situation hors du commun!

Après 2 ans de pandémie, Josiane parle de transformation, de créativité, d’adaptation et de résilience. Elle souligne l’importance de naviguer dans l’ambiguïté tout en étant agile, en entretenant son réseau, et en n’oubliant pas ses valeurs. Et surtout, elle mentionne l’importance de saisir son ambition même si cela fait peur!

«Je suis fière du travail accompli par mon équipe, et par toutes les équipes des milieux de la santé. Je suis convaincue qu’avec un peu de recul, nous serons assez malins pour tirer des leçons et améliorer de façon significative notre système de santé, car dans chaque grande difficulté, il y a des opportunités. À nous de les saisir!»

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Author profile

Yara El-Soueidi

Autrice

Yara El-Soueidi est une jeune journaliste qui contribue à plusieurs médias culturels. Sa passion pour les mots l’amène à explorer les émotions et histoires des différents récits qu’elle écrit.