Nadia Theodore : analyse d’un succès en 3 leçons

Nadia Theodore : analyse d’un succès en 3 leçons

Imaginez ceci : vous avez passé plus d’une décennie à perfectionner vos compétences en tant que l’une des meilleures négociatrices de commerce international au Canada. Vous avez joué un rôle essentiel dans la négociation de l’Accord de Partenariat transpacifique et dans plusieurs négociations entre le Canada et l’Union européenne. Vous avez servi votre pays avec distinction à l’Organisation mondiale du commerce ainsi qu’à l’Organisation des Nations unies à Genève.

Puis, un jour, Chrystia Freeland, la ministre des Affaires étrangères, vous demande de devenir l’une des rares femmes à décrocher un rôle de leadership dans le service diplomatique, en tant que consule générale pour le sud-est des États-Unis à Atlanta, en Géorgie.

Le premier défi qui se présente au jour 1 de votre nouvelle affectation s’appelle Irma. Irma, l’ouragan de catégorie 5 qui a ravagé les Caraïbes, dévasté le sud-est des États-Unis, causé des dizaines de décès et entraîné plus de 70 milliards de dollars en dommages.

Ce scénario a été la réalité de Nadia Theodore à l’automne 2017. «Je pouvais à peine trouver les salles de bains et je devais diriger une nouvelle équipe pour faire face à un ouragan, tout en aidant les citoyens canadiens touchés!»

Bien peu de choses semblent pouvoir arrêter Nadia Theodore. Voici trois des clés de son succès comme leader.

1. Mettre son énergie là où sa compte vraiment

«Sois toi-même et fais attention à qui tu accordes ton énergie. Ce n’est pas tout le monde qui veut te voir réussir…» Cette leçon, la mère de Nadia lui a apprise lorsque cette dernière était à l’école secondaire.

Cette première année à Atlanta a été une étape très difficile dans mon parcours en matière de leadership. Je consacrais beaucoup trop d’énergie à des personnes qui n’étaient aucunement investies dans mon succès. Et ma confiance en a souffert.

Passer de la négociation commerciale au service diplomatique était une transition atypique et remplie de défis. Dans la première année, Nadia a donc investi énormément d’énergie à «jouer le rôle» qu’elle présumait qu’on attendait d’elle.

Mais ça n’a pas fonctionné. Prétendre être «Nadia en tailleur jupe trois-pièces» était épuisant. Pire encore, elle ne pouvait pas utiliser l’approche enjouée et facile d’approche qui l’avait aidée à bâtir des relations solides au cours de sa carrière.

Elle s’est donc rappelé qu’elle avait été choisie, malgré son manque d’expérience diplomatique, pour les nombreuses autres qualités qu’elle apportait à son travail. Lorsqu’elle a commencé à «se permettre d’être elle-même» et à rediriger son énergie vers les personnes qui partageaient sa vision et qui s’intéressaient à son succès, les choses ont commencé à nettement s’améliorer.

2. Établir des limites claires

Lors de son arrivée, certaines personnes résistaient et s’adaptaient mal au changement.

Nadia se souvient qu’un membre de l’équipe était entré dans son bureau en proclamant (à vrai dire, en criant) : «Vous ne connaissez pas ces dossiers, vous n’avez jamais travaillé sur ces dossiers et la seule raison pour laquelle vous êtes ici, c’est que vous êtes une femme!»

«Je suis demeurée calme, je l’ai laissé terminer et je lui ai répondu : “Vous avez tout à fait le droit d’être en désaccord avec moi et de partager vos commentaires à propos de la direction que nous devrions prendre. Vos commentaires sont les bienvenus. Mais vous n’avez aucunement le droit de crier sur moi. Je n’accepterai pas qu’on me manque de respect et qu’on me parle ainsi, surtout pas dans mon bureau. Je vous suggère de prendre le temps de repenser à la manière dont vous voulez communiquer avec moi afin que l’on travaille ensemble sur ce dossier.”»

Il ne s’attendait pas à ce que la conversation prenne cette tournure. Mais il n’a jamais reparlé à Nadia de cette manière.

3. Viser l’excellence en toute authenticité

«Excellence with authenticity» : cette devise de Nadia est claire, éthique et ambitieuse. Une maxime à la fois inspirante et remplie de défis.

On attend des personnes les plus performantes qu’elles aient un bon esprit d’équipe, qu’elles soient innovatrices et qu’elles se conforment à la culture d’une entreprise tout en apportant paradoxalement leur créativité individuelle à la table. Il sera toujours de bon ton de foncer tête première, de travailler fort et d’accomplir le travail. Mais il y a un coût caché lorsqu’on s’en tient à faire les choses comme elles ont toujours été faites, surtout si l’on voit que nos talents uniques pourraient aider notre organisation à atteindre de nouveaux sommets en matière de succès.

Ce que je répète aux jeunes professionnelles, c’est que la manière la plus rapide de perdre confiance en soi, c’est d’essayer de plaire à tout le monde tout le temps, au détriment de son authenticité.

«Lorsque vous pensez à faire avancer votre carrière, assurez-vous que vous vous déplacez depuis votre propre « constellation d’authenticité« . Y a-t-il des choses que vous n’êtes pas « censé » vouloir ou viser? Ayez le courage de les vouloir et de les viser, tout en étant vous-même.»

Nadia reconnaît qu’exprimer avec confiance qui l’on est de manière authentique n’est pas quelque chose qui s’accomplit du jour au lendemain. C’est un ensemble de comportements que l’on doit exercer et renforcer constamment à différents stades d’une carrière. Récemment, elle a relevé un tout nouveau défi dans le secteur privé en devenant vice-présidente principale chez Maple Leaf Foods.

En tant que leader du Ambition Challenge, et en tant que l’une des rares femmes issue de la minorité dans un rôle de haute direction, elle espère que son parcours pourra inspirer une génération de femmes en affaires à croire qu’elles ont réellement leur place dans ces espaces, non seulement en tant qu’individus, mais en tant que groupe de leaders en constante croissance.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Paul de Tourreil

Paul de Tourreil

Auteur

Rédacteur de métier, scientifique de formation, pêcheur d’histoires dans l’âme. Inlassablement curieux.