12 femmes qui ont marqué l’année 2020

12 femmes qui ont marqué l’année 2020

À travers le monde, des femmes ont marqué l’année 2020 : politiciennes, scientifiques, gestionnaires, artistes ou sportives. Toutes sont passionnées, brillantes, engagées. Grâce à leur détermination et à leur ambition, elles contribuent à l’avancement des femmes et à l’amélioration de la société. Douze d’entre elles ont retenu l’attention de L’effet A.

1
Kamala Harris 

On ne pouvait passer à côté! En novembre, Kamala Harris, 56 ans, a marqué l’histoire en devenant la première femme et la première personne noire à accéder à la vice-présidence des États-Unis. La gauche américaine souhaite déjà la voir briguer la présidence en 2024. Dans son discours de victoire, cette ancienne procureure, fille d’un père jamaïcain et d’une mère indienne, a salué des «générations de femmes qui ont tracé le chemin» avant elle.
(Photo : Instagram/Kamala Harris)

2
KK Shailaja

Comment KK Shailaja a réussi à déjouer le coronavirus? Élevée au statut de rock star, la ministre de la Santé et de la Justice sociale du Kerala, en Inde, a agi tôt et a opté pour la transparence. Dès le premier cas en janvier, elle a mis en place des cellules de crise et a multiplié les interventions publiques. Quatre mois plus tard, on n’y comptait que 524 cas de COVID-19 et quatre décès pour 35 millions d’habitants. À l’automne, les cas ont grimpé en flèche (650 000 cas en décembre). Mais sans la redoutable efficacité de KK Shailaja, la situation aurait été bien pire. L’édition indienne du Vogue l’a d’ailleurs nommée parmi les femmes de l’année.
(Photo : Vogue India)

Florence Schelling et Kim Ng3 et 4
Florence Schelling et Kim Ng

Milieu masculin et conservateur s’il en est un, le sport professionnel s’ouvre peu à peu à la présence des femmes.

À 31 ans, l’olympienne Florence Schelling est devenue la première femme à occuper un poste de directrice générale dans le hockey professionnel masculin. En avril, elle a été nommée à la tête du CP de Berne. L’ancienne gardienne de but a représenté la Suisse aux JO de Turin, Vancouver, Sotchi et PyeongChang.

En novembre, c’était au tour du baseball majeur de briser le plafond de verre. Aux États-Unis, les Marlins de la Floride ont nommé Kim Ng au poste de directrice générale : du jamais-vu dans le sport professionnel masculin en Amérique du Nord. 
(Photos : Instagram/Florence Schelling et Instagram/Kim Ng)

5
Sophie Brochu 

Leader de la première heure du Défi 100 jours de L’effet A, Sophie Brochu est devenue en avril la première femme à accéder au poste de présidente et chef de la direction d’Hydro-Québec. Les attentes sont élevées envers l’ancienne PDG d’Énergir. Sa plus grande ambition? «Construire des projets, des équipes, des entreprises qui vont changer le monde positivement et de façon durable», a-t-elle déjà confié à L’effet A. Dotée de grandes valeurs humaines, elle s’implique dans des causes comme Forces Avenir, la Rue des femmes et Soupe pour elles. Et on le sait : elle a à cœur la juste représentation des femmes dans notre société.
(Photo : Marc-Antoine Charlebois)

6
Dominique Fortier

L’autrice Dominique Fortier a reçu, fin novembre, le prestigieux prix Renaudot/essai pour son livre Les villes de papier, publié d’abord au Québec aux éditions Alto, puis en France chez Grasset. Il s’agit d’une première pour une plume canadienne. Son livre, à la fois roman, biographie et essai, était aussi en lice pour le Femina. La Québécoise a imaginé la vie de la poète américaine Emily Dickinson qui a vécu recluse au 19e siècle. Dominique Fortier a joué d’audace pour entrer chez Grasset : elle a envoyé son manuscrit dans une enveloppe sous un pseudonyme, pour qu’il soit reçu sans a priori.
(Photo : Frédérick Duchesne)

7 et 8
Jennifer Doudna et Emmanuelle Charpentier

Les généticiennes Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna ont remporté le Prix Nobel de chimie. Elles souhaitent ainsi être une inspiration pour les jeunes filles intéressées aux sciences. C’est la première fois qu’un duo féminin met la main sur un Nobel scientifique. Elles ont été récompensées pour leur découverte de la technique de modification du génome (Crispr-Cas9). Depuis 1901, seulement 5 femmes avant elles (sur 183 lauréats) avaient reçu le Nobel de chimie.
(Photos : Royal Society/Jennifer Doudna et LinkedIn/Emmanuelle Charpentier)

Élisabeth Moreno _ instagram9
Élisabeth Moreno

Issue du milieu de l’entreprise, Élisabeth Moreno est depuis juillet ministre déléguée à l’Égalité femmes-hommes, à la Diversité et à l’Égalité des chances en France. Son père, maçon, et sa mère, femme de ménage, ont quitté le Cap-Vert pour la France en 1977. À l’école, on lui propose de suivre une formation professionnelle. L’aînée de six enfants refuse cette option et complète plutôt une maîtrise en droit des affaires et atteint les plus hauts postes de sociétés technologiques. Elle a été vice-présidente et directrice générale de Hewlett-Packard en Afrique. À titre de ministre, elle s’engage à réduire le nombre de féminicides, à allonger le congé de paternité et à lutter pour l’égalité des droits et contre la haine et les discriminations anti-LGBT.
(Photo : Instagram/Élisabeth Moreno)

Bozoma Saint John _ insta10
Bozoma Saint John

La flamboyante Bozoma Saint John, d’origine ghanéenne, est une star de la Silicon Valley. Celle qui s’appelle Badassboz sur Instagram a été nommée directrice du marketing chez Netflix, alors que les États-Unis étaient secoués par un mouvement contre le racisme et le racisme systémique. Elle a occupé des fonctions similaires chez Apple Music, Uber et Endeavor. Bozoma Saint John se positionne pour une plus grande place des femmes issues de la diversité en entreprise. Elle a figuré dans les listes «40 Under 40» de Fortune, «Top Executives» de Billboard, «40 Under 40» et «Power 100», «100 Powerful Executives» d’Ebony
(Photo : Isatagram/Bozoma Saint John)

11 et 12
Marie-Ève Lévesque et Kim Clavel

Pendant que le Québec était confiné au printemps, de nombreuses femmes sont montées au front. Sans répit, elles ont «contribué à l’effort de guerre» en temps de pandémie.

La boxeuse Kim Clavel, aussi infirmière auxiliaire, a rangé ses gants et revêtu l’uniforme pour prêter main forte en CHSLD. Pour son geste, elle a été nommée parmi les 10 leaders de demain par le Time. Elle a également été la première athlète non américaine à remporter le prix ESPY Pat-Tillman pour son engagement communautaire. Fin novembre, elle est remontée sur le ring, au Mexique, et a gagné son combat contre son adversaire, Barbara Martinez. 

L’enseignante Marie-Ève Lévesque a travaillé sans relâche pour animer tous les jours la Classe en ligne devant son tableau transparent. Le ton dynamique de l’enseignante a touché le cœur de milliers d’élèves du primaire (et de leurs parents!) qui ont pu réviser les notions essentielles en français et en mathématiques. Sur YouTube, ses vidéos ont cumulé plus de 1,75 million de vues! 

Chapeau à ces deux femmes et à toutes celles qui ont tant donné pour le bien commun.
(Photos : Instagram/Kim Clavel-Jade Bellavance et TLMEP/Marie-Ève Lévesque)

Grande disparue:
Ruth Bader Ginsburg

Grande dame du droit, Ruth Bader Ginsburg est décédée en septembre d’un cancer à l’âge de 87 ans. Figure de la gauche américaine, la juge a siégé pendant plus de 27 ans à la Cour Suprême des États-Unis. À sa nomination par Bill Clinton en 1993, elle est devenue la deuxième femme à accéder à cette fonction. Peu avant son décès et malgré des traitements de chimiothérapie, cette progressiste menait toujours ses activités. Ruth Bader Ginsburg (Notorious RBG pour ses partisans) est reconnue pour ses batailles pour la cause des femmes, les minorités et l’environnement.
(Photo : TIME)

 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.