Sa place : l’avoir, la faire, la prendre

Sa place : l’avoir, la faire, la prendre

Dans la discussion autour de l’ambition et des femmes, il y a un concept que l’on aime bien au sein de L’effet A pour ses multiples facettes : celui de « place ». Mais pas n’importe laquelle! La sienne, celle que l’on occupe, dans l’organigramme ou autour de la proverbiale table de Sheryl Sandberg. D’ailleurs, bon nombre d’expressions déclinent le terme avec des nuances aussi fondamentales qu’intéressantes. En voici quatre, placées en crescendo : Avoir sa place. Se sentir à sa place. Faire sa place. Prendre sa place.

C’est fou ce qu’un verbe peut faire comme différence, non? Et je ne parle pas de littérature ici, mais d’affirmation et de confiance en soi. Les mots d’action que l’on choisit pour décrire l’espace intangible qu’est cette « place » traduisent la perception que nous avons de nous-même et de notre valeur. Ils influencent ainsi nos comportements, nos décisions… et ultimement notre cheminement de carrière.

Et si votre choix de vocabulaire freinait inconsciemment votre ambition et vous empêchait de relever des défis qui pourraient transformer votre vie professionnelle? Voyons voir.

 

AVOIR SA PLACE

« Avoir sa place » évoque le doute, la lutte, même. Cette place n’est pas gagnée, quelqu’un doit être convaincu qu’elle est accessible, voire légitime. Cette personne, c’est peut-être votre boss, mais il est possible que ce soit vous-même. Et bien tout le monde sera heureux d’apprendre que votre talent, en tant que femme, profite à votre organisation si vous y progressez. « C’est de l’économie fondamentale », explique Dominic Barton de la firme McKinsey. Une vision partagée par de nombreux dirigeants d’entreprise qui, au-delà de l’équité sociale qui parait bien dans le rapport annuel, y voient un élément de compétitivité et de succès indiscutable. Votre place, mesdames, vous l’avez.

 

SE SENTIR À SA PLACE

« Se sentir à sa place » sous-entend le bien-être, la satisfaction, l’équilibre, l’appropriation, de merveilleuses dispositions qui permettent d’approfondir ses compétences et sa confiance en soi. Attention toutefois à ne pas s’enfoncer dans le statu quo et « faire du surplace »!

 

FAIRE SA PLACE

Mais là où la comparaison est la plus évocatrice, c’est entre « Faire sa place » et « Prendre sa place ». Les femmes sont généralement plus enclines à « faire », en travaillant d’arrache pied en espérant que leurs efforts seront remarqués et éventuellement récompensés. Une méthode héritée du système scolaire, plutôt favorable aux filles, mais où l’épuisement professionnel arrive souvent avant la promotion.

 

PRENDRE SA PLACE

« Prendre sa place » est souvent perçu comme une action agressive, comme si cela se faisait toujours au détriment des autres. Pourtant, prendre ne signifie pas toujours « enlever ». C’est aussi un synonyme de « saisir », comme dans saisir des opportunités. Il y a autant de façons de prendre sa place qu’il y a d’ambition et c’est peut-être ce qui en fait une tâche aussi complexe.

La bonne nouvelle : prendre sa place, ça s’apprend. Mettre de côté son humilité (parfois démesurée) et ses peurs (parfois injustifiées) pour laisser libre cours à sa confiance, ça aussi ça se travaille.

 

Vous souhaitez propulser votre carrière aux côtés de leaders et de femmes inspirantes ? Participez au Défi 100 jours ! Pour plus d’information ou pour vous inscrire, visitez la page formation de notre site internet !

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Author profile

L'effet A

Autrice

Des contenus pour conseiller, outiller et faire rêver les femmes de notre communauté. De quoi passer de l'inspiration, à l'action!