Le syndrome de l’imposteur : en souffrez-vous?

Le syndrome de l’imposteur : en souffrez-vous?

Mélange d’anxiété et de manque de confiance en soi, le syndrome de l’imposteur provoque un curieux sentiment d’imposture qui amène celui ou celle qui en est atteint à nier son mérite et ses succès. Ça vous sonne familier ? Faites le test pour savoir si le célèbre syndrome, qui touche aussi de brillantes femmes d’affaires, s’attaque parfois à vous !

Astuce : Calculez vos points au fur et à mesure en utilisant l’application «calculatrice» de votre téléphone intelligent !

1. Vous est-il déjà arrivé d’attribuer l’obtention d’une promotion ou d’un nouvel emploi à la chance ou à vos relations professionnelles ?

a. Oui (1 point)
b. Non (2 points)

2. Malgré vos bons coups, craignez-vous secrètement de ne pas être à la hauteur du poste que vous occupez ?

a. Oui (1 point)
b. Non (2 points)

3. On vous félicite pour votre implication dans l’aboutissement d’un projet d’équipe. Que répondez-vous ?

a. « Bah… je n’ai fait que mon boulot ! » (1 point)
b. « C’est grâce à mon équipe ! » (2 points)
c. « Merci beaucoup. » (3 points)

4. On vous a confié un nouveau mandat, mais voilà que vous vous butez à des questions dont vous n’avez pas les réponses. Osez-vous demander de l’aide ?

a. Oui (2 points)
b. Non (1 point)

5. Vous vous préparez à prendre la parole devant des dizaines de personnes. Angoissez-vous à l’idée de mal maîtriser votre sujet ou d’être critiquée ?

a. Oui (1 point)
b. Non (2 points)

6. On vous fait remarquer que votre dernier rapport n’était pas tout à fait au point, qu’il manquait de justesse. Ce genre de commentaire vous tourmente-t-il de longues heures durant ?

a. Oui (1 point)
b. Non (2 points)

7. En réunion, on souligne le beau travail de l’une de vos collègues. Quel est votre premier réflexe ?

a. Je l’applaudis chaudement : elle mérite réellement cette reconnaissance. (2 points)
b. Je me demande pendant un instant si je suis aussi douée et appréciée qu’elle. (1 point)

8. Vous avez signé un important contrat avec un client. Alors que tout le monde salue votre cran et votre ténacité, vous vous dites…

a. « Ça n’a pas été si difficile, ce client ne savait pas négocier… » (1 point)
b. « Je suis vraiment fière de moi ! » (2 points)

9. Quand vous pensez à votre parcours professionnel, vous vous dites…

a. « Wow ! Quelle chance j’ai eu de rencontrer tous ces gens fabuleux qui m’ont permis de progresser ! » (1 point)
b. « Ça valait vraiment la peine de travailler si fort. » (2 points)

 

Résultats
Entre 9 et 14 points

Il vous arrive, souvent ou occasionnellement, de souffrir du syndrome de l’imposteur
Comme environ 65 % de la population, il vous arrive d’attribuer vos succès à la chance, aux circonstances ou à vos relations professionnelles. Bien qu’il ne freine pas complètement votre évolution, le syndrome de l’imposteur vous empêche parfois de savourer pleinement vos réussites et de saisir de belles occasions.

Voici quelques précieux conseils pour vous en départir :

  • Dresser la liste de vos compétences et qualités afin de prendre conscience de votre valeur.
  • Prenez l’habitude de dire merci afin de vous réapproprier vos succès.
  • Osez solliciter de l’aide. Être douée ne signifie pas qu’il faille toujours tout faire seule ! Personne ne vous percevra comme une incapable parce que vous demandez du renfort lorsque nécessaire.
  • Croyez en la bienveillance des gens. Les personnes qui vous écoutent lors d’une allocution ou qui vous confient un mandat n’attendent pas le moment où vous commettrez une erreur. S’ils sont là, avec vous, c’est qu’ils croient en vos compétences.
  • Apprenez à accepter la critique. On vous reproche le manque de justesse d’un rapport ? Ce n’est pas une question de ne pas être bonne ; on sait seulement que vous pouvez faire mieux.
  • Ajustez le tir, tournez la page et avancez !

À lire aussi : Domptez votre syndrome de l’imposteur en 5 étapes

Entre 15 et 19 points

Apparemment, vous ne souffrez pas du syndrome de l’imposteur. Bravo !
Vous faites partie d’une espèce rare, car selon une étude américaine, de 60 % à 70 % de la population souffrirait — souvent ou occasionnellement — du syndrome de l’imposteur.
Capable de reconnaître votre valeur et de la faire valoir, vous craignez parfois que votre assurance soit perçue comme de l’arrogance ? Voici quelques conseils pour briller, sans avoir l’air prétentieuse :

  • Évitez la fausse modestie : on la décèle sans mal. Quand on souligne vos bons coups, un merci et un sourire sincère, c’est bien mieux !
  • Reconnaissez le talent des autres. Sans leur donner tout le mérite, ne négligez jamais de donner aux autres les honneurs qui leur reviennent.
  • Soyez reconnaissante. Vos bons coups n’ont rien à voir avec la chance, mais vous avez une chance immense si vous êtes entourée de gens qui reconnaissent et soulignent votre talent et vos succès. Soyez-en consciente.

Suivez-nous sur FacebookTwitterLinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

Author profile

Catherine Bergeron

Autrice

Rédactrice depuis plus de 15 ans, Catherine Bergeron a écrit pour plusieurs publications. Elle aime trouver les mots justes pour inspirer, aider et informer en partageant de petites et grandes vérités.