3 bienfaits insoupçonnés du sport sur la carrière des femmes…et des filles!

3 bienfaits insoupçonnés du sport sur la carrière des femmes…et des filles!

On connaît toutes et tous les bienfaits de l’activité physique sur la santé. Mais qu’en est-il des effets positifs d’être active sur la posture mentale des (futures) leaders? L’équipe de L’effet A s’est entretenue avec Geneviève Leduc, Ph. D., conseillère principale aux programmes chez Fillactive, sur les bénéfices inattendus du sport pour les femmes.

3 bienfaits insoupçonnés du sport sur la carrière

Récemment, L’effet A divulguait les trois fondements de l’ambition féminine issus d’une recherche effectuée par son équipe : une confiance en soi solide, des valeurs fortes et un réseau de soutien disponible et volontaire. Il s’avère que bouger plus et plus tôt consolide grandement ces fondements. La bonne nouvelle : il n’est jamais trop tard pour se (re)mettre au sport!

Voici comment le sport peut profiter aux adolescentes et aux professionnelles dans le développement d’une carrière épanouissante et d’une ambition empreinte d’un désir de contribuer à quelque chose de grand!

1. Une confiance en soi solide : se prouver qu’on est capable de vaincre l’adversité et de progresser

«Souvent, on a l’habitude de s’attribuer des étiquettes : “moi je suis sportive”, “moi je suis une artiste”, “moi je suis une fille de plein air”. Tôt dans notre vie, si l’on pense que l’on n’est pas sportive, alors on croit qu’on ne le sera jamais», explique Geneviève.

On tend à adopter la même mentalité au bureau : on peut se dire moins douée pour les présentations, pour les chiffres ou pour la négociation, et ainsi refuser — ou même fuir — toute opportunité de se lancer ou de s’améliorer sous prétexte que cela «n’est pas pour nous». Comment changer l’histoire qu’on se raconte, qu’on soit adolescente ou adulte?

«Pour passer de l’intention à l’action, chacune devrait se sentir libre de se fixer le défi qui lui semble réaliste», recommande Geneviève. «C’est la méthode des petits pas, oui, mais il n’y a pas de “petits” objectifs. L’important est de se montrer qu’on peut y arriver!»

Plus on ose se fixer des objectifs et plus on les atteint, plus on gagne confiance en ses capacités et plus on a le désir de recommencer! N’avez-vous jamais ressenti la fierté grisante de la victoire? Du dépassement de soi? Prendre des risques tôt dans la vie, à travers le sport, a un impact direct sur la posture de la future professionnelle qui osera plus aisément relever des défis. Une confiance renforcée qui permet de croire que «c’est possible», de surmonter les obstacles et, quand cela arrive, de se relever de l’échec.  

2. Des valeurs fortes : mieux se connaître grâce à la découverte

«Il y a quelque chose qui peut être intuitif dans notre pratique de l’activité physique… On est loin du “no pain no gain”. Pour moi, un gain, c’est être capable de s’écouter», encourage Geneviève. 

Celle qui détient un baccalauréat et une maîtrise en kinésiologie et en sciences de l’exercice, et un doctorat en nutrition, s’inspire de l’alimentation intuitive dans sa promotion de l’activité physique. Elle rappelle que notre corps a besoin de bouger tout comme il a besoin de récupérer, et qu’il est également crucial de se réaliser dans un sport qui nous procure du plaisir et de la satisfaction. 

«Chez Fillactive, les activités multisports incitent à l’exploration des intérêts. C’est en essayant des disciplines différentes qu’on identifie ce qui nous convient et ce qui nous convient moins.» 

On cultive son intuition lorsqu’on sort de sa tête. S’activer permet de se changer les idées, d’évacuer le stress et de prendre du recul. Des aptitudes essentielles à la réalisation de soi, dans la vie personnelle comme dans la carrière. À travers le sport, en solo ou en équipe, on apprend à identifier et à respecter ses limites — et à savoir quand et comment les dépasser. Cette introspection renforce l’alignement avec qui l’on est, avec ses intérêts et ses valeurs. Elle permet une meilleure connaissance de soi!

3. Un réseau de soutien disponible et volontaire : se dépasser au contact de femmes de divers milieux

«L’une des raisons de l’abandon de l’activité physique est la perte d’intérêt pour les sports avec opposition. Les adolescentes n’aiment généralement pas la compétition. Pourtant, elles veulent partager des moments avec leurs amies autour de l’activité physique», affirme Geneviève.

Cette volonté particulièrement féminine de faire une différence en relevant les défis «ensemble», plutôt que de façon individuelle, tombe à point. Après tout, la pandémie a mis en lumière ce besoin criant de mieux se réaliser et de s’élever en unissant nos forces. Isabelle Hudon, présidente et cheffe de la direction de la Banque de développement du Canada et cofondatrice de L’effet A, soulignait récemment l’importance de profiter de la crise actuelle pour renouveler nos façons de travailler et pour maximiser cette force de l’ambition féminine qui est naturellement tournée vers le collectif.

La pratique sportive est un véhicule de socialisation. On développe des relations de qualité basées sur des intérêts communs et on apprend à collaborer, à demander de l’aide, à prendre des décisions en groupe, à s’affirmer et à gérer des conflits. C’est l’occasion de tisser des liens qui dureront toute la vie, peu importe le domaine professionnel choisi.

Entretenir l’intérêt des filles pour le sport à l’adolescence, c’est leur faire acquérir des forces qui vont au-delà des bienfaits connus de l’exercice. Comme femme, votre pratique sportive profite-t-elle à votre carrière? Prévoyez-vous vous y (re)mettre?

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn, et Instagram. Vous pouvez également vous abonner à notre infolettre.

auteure Marie-Ève gosemick souriante

Marie Eve Gosemick

Autrice

À l’agence de création lg2, Marie Eve Gosemick est Lead, Stratégie numérique. Formatrice en communication marketing à l'École des dirigeants HEC Montréal, elle a aussi publié un roman. Devenir maman d'une fille a activé sa fibre activiste pour la parité.